Pitchou Bolenge et Amos Mbayo se sont portés candidats à la présidence du Comité Olympique du Congo (COC) pour l’élection partielle de cette corporation prévue le samedi 10 avril 2010.


En prévision de l’élection partielle au Poste du Président du Comité Olympique Congolais (C.O.C) prévue le samedi 10 avril 2010 et conformément à la procédure, deux candidats au poste sus évoqué en occurrence l’Honorable Député Pitchou Bolenge et le président de la Fédération de Handball du Congo M. Amos Mbayo, ont déposé leur candidature auprès du secrétariat du COC le lundi 29 mars.

 

Pitchou Bolenge : « Je viens pour sauver le sport RD Congolais en le dépolitisant »

 

Premier à arriver au siège du COC, l’Honorable Pitchou Bolenge, président de la Fédération Congolaise d’Escrime, s’est dirigé droit vers le secrétariat où se trouvait le Secrétaire Général du C.O.C Alain Badiashile.

Après la cérémonie d’usage du dépôt, ce dernier s’est confié volontiers aux journalistes massés au portillon à l’entrée du siège du C.O.C.

Pour l’Honorable Pitchou Bolenge, il y a beaucoup à faire au COC. Tout va partir de la recherche d’un bâtiment pour abriter le siège du CNO RD Congolais car l’actuel est indigne.

Livrant sa motivation, il a déclaré qu’Il est venu briguer la présidence de cette institution afin de sauver le sport dans ce pays. Pour ce faire, il envisage de dépolitiser le sport.

Le service de renseignement n’a que foutre dans le milieu sportif. Au contraire de l’action menée par son ‘’prédécesseur’’ Jean Beya wa Kabenga qu’il accuse d’avoir politisé le sport, lui Pitchou Bolenge fera tout pour extirper la politique dans le milieu sportif.

 

Amos Mbayo : « je veux faire en sorte que le COC soit grand et être une branche pour le développement du sport »

 

Comme son prédécesseur candidat au poste de président du COC, le président de la Fédération de Handball du Congo M. Amos Mbayo, a suivi la même procédure que Pitchou Bolenge.

Au sortir du secrétariat du COC, il s’est confié lui aussi à la presse. Dévoilant sa motivation, il s’est dit qu’en tant que sportif, il tient à relever le défi.

Faire en sorte que le COC se dote d’un siège digne de ce nom. Que le COC devienne une branche pour le développement du sport RD Congolais. Il compte chercher des sponsors pour alléger la tâche au pouvoir public…

Ayant accompli 9 ans à la tête de sa fédération, Amos Mbayo a déclaré que c’est vrai qu’il est membre du PPRD, mais il n’est pas candidat de ce parti. C’est plutôt sa fédération qui l’a mandaté. Et de conclure qu’Il est candidat du mouvement sportif. La politique n’a pas droit de citer en sport.

 

Quid des conditions exigées aux candidats ?

 

Entre autres documents exigés pour les candidats, on note une prestation d’une Fédération Sportive à discipline olympique ; justifier d’un emploi rémunérateur ou des conditions matériels mettant le futur Président à l’abri des besoins financiers ; un document indiquant son plan d’action ou les grandes lignes de ce plan et payer une caution de 2.000 $ US non remboursable.

Rappelons que la Commission ad hoc chargée de l’organisation de l’élection partielle au poste du Président du Comité Olympique Congolais est présidée par M. Nepa Nepa.

 

Antoine Bolia/L’Avenir