Kim Sung Kteon et Boom Jung, deux maîtres Coréens, séjournent depuis samedi 23 janvier dans la ville province de Kinshasa avec mission de renforcer les capacités des athlètes rdcongolais dans la discipline de Taekwondo.

Deux experts coréens en taekwondo, en l’occurrence Me Kim Sung Kyeon, CN 5è Dan et spécialiste en kyerugi (combats) et Me Boom Jung, CN 4è Dan, spécialiste en Poom Se ( Kata ) séjournent depuis le samedi 23 janvier 2010 à Kinshasa.

Sur place, ils animent des stages de formation pour athlètes. Me Kenzo Mukendi Tshimanga, Secrétaire Général de la Fédération Congolaise de Taekwondo « Fécot », a éclairé notre lanterne sur la présence de deux experts précités.

A ce sujet, Me Kenzo explique qu’ils sont venus suite à la requête de la Fécot auprès du président de la Fédération mondiale de taekwondo « W.T .F », le Coréen Dr Chungwon Choue en vue du renforcement des capacités des athlètes RD Congolais appelés à participer cette année à plusieurs compétitions internationales. Les deux experts y séjourneront pendant un mois.

Le ministère de la Jeunesse et des Sports et la Fécot assurent leur prise en charge. Il faudra noter que les Léopards taekwondo juniors sont attendus notamment au championnat d’Afrique Centrale à Malabo fin Février 2010 et à Singapour au mois de mars où a lieu le Tournoi qualificatif aux Jeux Olympiques de la Jeunesse au Mexique en août 2010.

Par ailleurs, Me Kenzo informe l’opinion sportive et les férus du taekwondo que le mardi 26 janvier dernier, les deux experts coréens en compagnie du président de la Fécot Me Alain Badiashile et de lui-même S.G, avaient été reçus tour à tour par le ministre des Sports Patrick Sulubika, le Président a.i du Comité Olympique Congolais Jacob Ndombe et par Monsieur Lim, chargé d’affaires de la Corée en République Démocratique du Congo.

Le même mardi, ils ont commencé la formation. Me Kim Sung Kyeon anime la formation en kyerugi de 16h à 20 h dans la Salle Galérie La Fleur à la Gombe tandis que son collègue Boom Jung anime la formation en Poom Se à l’école Belge de la Gombe pendant la même fourchette d’heures. Tous ceux dont la chose intéresse peuvent les voir à l’œuvre aux lieux sus évoqués.

Tiré du journal "L’Avenir" par Hygin Mandiangu